B9 - Médiations du littéraire 

Les projets « Médiations du littéraire ».  Au sein du centre Mauriac se sont élaborés 2 projets liés à une réflexion générale sur la médiation de l’œuvre, prenant appui en particulier sur celle de François Mauriac, en partenariat avec le centre François Mauriac de Malagar, la Fédération Nationale des Maisons d’écrivains (FNME) et la Région Aquitaine.

1er projet : « Littérature et géocritique : maisons d’écrivain et production fictionnelle » (resp. Caroline Casseville). L’œuvre de Mauriac soulève la question de la construction mentale et esthétique du territoire au sein de la création littéraire et celle de l’impact d’une œuvre littéraire sur la représentation des lieux qu’elle décrit. Parallèlement aux études menées en géopoétique ou en géocritique, la question du sens des lieux dans une œuvre, de la place qu’ils occupent et du type d’imaginaire qu’ils dévoilent ou sollicitent, se pose. Au-delà de la référence géographique, comment l’espace mis en scène dans la littérature exprime-t-il une certaine façon d’habiter le monde ? Comment le rapport au territoire est-il un vecteur d’identité qui permet de repenser la situation de l’homme face à son milieu ? Ces questions ont été engagées à l’occasion du 27ème colloque international F. Mauriac : « ‘L’Aquitaine était bien plus vaste à mes yeux que ne l’est la terre entière’. L'écrivain et ses territoires », 10-11 mai 2013, Malagar. (Actes à paraître dans les Nouveaux Cahiers François Mauriac n°22, Grasset, 2014). Cette orientation de recherche a également donné lieu à la réalisation d’une Enquête sur les Maisons d’écrivain (juillet 2012, 61 p., cf. Annexe 6 p. 112) et à la mise en place d’une commission recherche interuniversitaire au sein de la FNME dans le but de créer une plateforme d’échanges et de rencontres dans le domaine de la littérature et des lieux. Cette commission, présidée par Martine Sagaert rassemble 3 partenaires : le Centre Mauriac/TELEM (Caroline Casseville), le Centre de recherches proustiennes/Centre de recherche sur les poétiques du XIXe siècle, U. Paris 3 (Mireille Naturel) et le Laboratoire Babel, U. de Toulon (Martine Sagaert et Michèle Gorenc).

Projets à venir : réalisation d’une enquête sur les pratiques d’éducation artistique et culturelle dans les maisons d’écrivain (juin 2014-mars 2015) à la demande de FNME et du Service du Livre et de la lecture du Ministère de la Culture et de la Communication (convention prévue entre le Centre Mauriac/TELEM et la FNME) ; 1 ouvrage en préparation : Malagar et Saint-Symphorien, deux maisons d’écrivain, en collaboration avec Éric Cron, in «Visages du patrimoine en Aquitaine », éditions Confluence ; 3 journées d’étude autour de la thématique : Maisons d’écrivain, lieux d’écriture et paysages littéraires sous la direction de M. Sagaert et M. Gorenc - Laboratoire Babel, Université de Toulon ; puis de Mireille Naturel - Centre de recherches proustiennes/Centre de recherche sur les poétiques du XIXe siècle, U. Paris 3 ; enfin de Caroline Casseville - Centre Mauriac/TELEM, u. Bordeaux Montaigne.

2e projet : Poursuite de la numérisation des textes de presse de Mauriac (Resp. Philippe Baudorre / Centre Mauriac). L’objectif fixé dans le précédent contrat sera réalisé en 2015 en terme de production (base de données, mise en ligne), de partenariats (BNF, BNSA, Centre Mauriac de Malagar), et de transdisciplinarité avec mise en ligne de la première tranche de textes (1910/1943) et stabilisation d’une méthodologie et d’une réflexion sur les usages/usagers, sur les outils et les pratiques. Grâce aux compétences acquises et aux solutions développées, aux partenariats forts avec le SCD de l’université, le Centre Mauriac de Malagar et la BNSA, il s’agira d’achever la seconde tranche (textes de 1944 à 1970), et de réfléchir à l’intégration d’autres textes dans la base des données accessibles en ligne (interventions radiophoniques, interviews, préfaces et textes de circonstances, fragments inédits, etc.). Ce qui est visé, au-delà de la valorisation d’un corpus aujourd’hui inaccessible dans sa cohérence et son intégralité, c’est de proposer, en termes de méthode et de solutions, un exemple de ce qu’il est possible de faire pour des corpus modernes semblables.

Retour au sommaire