• > B3 : Les territoires de la fiction

B3 - Les territoires de la fiction 

Le projet « Les territoires de la fiction » (Resp. E. Andrieu, A. Vintenon, A. Péraud). Comme d’autres projets de cet axe, cette recherche trans-séculaire permettra d’analyser la manière dont la littérature est nourrie par des discours qui lui sont extérieurs, principalement d’ordre scientifique, religieux ou idéologiques. Il ne s’agit pas seulement d’étudier les emprunts ou influences dont le texte littéraire serait tributaire, mais plus profondément d’interroger les fonctions cognitives ou herméneutiques de la fiction, posture qui n’enferme pas la fiction littéraire dans une fonction de miroir, mais vise à interroger la manière dont la elle fabrique des représentations. Si la démarche emprunte à la notion de « formations discursives » telle que proposée par Foucault (interaction des discours, « utilisations » de la fiction par des disciplines non-littéraires…), il s’agit également d’appliquer une herméneutique ricœurienne à des objets dont, à l’instar de la religion ou de l’économie, les rôles et statuts fictionnels appellent une étude poussée. Les questions posées au texte littéraire convergent suffisamment de ce point de vue pour envisager un élargissement diachronique solidement conceptualisé.

Pour ce qui est du Moyen-Age, ce projet s’articule avec le projet ANR POLIMA (présenté plus haut p.17) sous la responsabilité d’E Andrieu. Parallèlement, les recherches se focaliseront pour commencer autour de deux périodes : celle de la Renaissance (étude des liens entre la Réforme et la fiction à la Renaissance, engagée par A. Vintenon/centre Montaigne) ; celle du XIXe (étude de l’innutrition du romanesque par les schémas économiques, impulsée par A. Péraud). Les bouleversements de l'interprétation à l’époque de la Renaissance du fait de l'influence de la philologie humaniste et de la Réforme seront l’objet d’une journée d’études, La Réforme et la fable, qui visera à interroger le statut que les lettrés protestants assignent à la fiction, la place qu’elle occupe dans leur enseignement ; les fonctions et les formes du recours à la fiction dans le cadre des controverses religieuses qui traversent la Renaissance. Le volet « La fiction comme monde possible : économie et littérature » (resp. Alexandre Péraud) sera consacré aux relations qu’entretiennent économie et littérature et sera mené en partenariat avec les équipes CERR/CERCLL d’Amiens et PHARE de Paris. Un projet de colloque (2016-2017) est en préparation autour de la question de la concurrence des discours religieux et économique dans la fiction littéraire, du Moyen-âge à nos jours. Compte tenu du caractère très ambitieux de ce projet, le colloque sera précédé d’une journée d’études en 2015-2016.

Retour au sommaire