JE guerre
Cette rencontre propose de confronter discours de l’histoire et discours de la littérature et des arts sur les guerres qui, aux XXème et XXIème siècles, ébranlent le Moyen-Orient. Alors que nos regards sont rivés vers cette région avec un intérêt mêléd’une inquiétude grandissante, la pression de l’actualiténous impose une prise de distance que rendent possible le recours aux sciences humaines, àl’écriture, àd’autres formes d’expressions artistiques. Si la perspective historique permet d’opposer l’épaisseur du temps de l’analyse à la violence de l’événement, comme de percevoir la transformation d’un « printemps syrien » en une guerre désormais presque ancienne, la distance esthétique nous rappelle, elle, combien les représentations, les filtres individuels et subjectifs, sont un mode essentiel de saisie des événements. 
Il s’agira donc, au cours de cette journée, d’éprouver les différences, mais aussi les convergences, entre le discours de l’histoire et des sciences humaines d’une part, et le travail de création en littérature et en arts d’autre part, comme deux modes d’élaboration de l’expérience – vécue ou observée – de la guerre.

Cliquez sur ce lien pour télécharger le programme