MODERNITÉS


Modernité : autour de 1860, Baudelaire risquait ce néologisme pour désigner cette part d'éphémère que l'œuvre d'art emprunte à la mode et à l'actualité pour l'amalgamer à l'immuable.
Modernité : notre époque a pris l'habitude de se désigner ainsi elle-même — à charge pour elle de définir les limites et les caractéristiques fondamentales de ce qui apparaît moins comme une période chronologique que comme une dynamique, résultant avant tout des avancées du savoir et des transformations technologiques.
Modernités : ensemble des œuvres, des esthétiques ou des traits qui sont autant d'expressions diverses d'une modernité toujours en mouvement.
L'articulation entre les modernités esthétiques et la modernité baudelairienne d'une part, la Modernité historique de l'autre, suscite une série de questions qui intéressent l'ensemble des sciences humaines et dont les volumes de Modernités s'efforcent d'explorer les aspects proprement littéraires (écriture, imaginaire, redéfinition des genres, position du sujet...).
Les articles publiés dans Modernités reflètent principalement, mais non exclusivement, les travaux du Centre de recherches sur les modernités littéraires.
Cette équipe, qui a succédé en 1991 au Groupe de Recherches sur les Modernités de l'Université de Nantes, fonctionne dans le cadre de l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3. Elle constitue un lieu ouvert de réflexion sur une modernité elle-même ouverte et dont la problématique ne cesse de se renouveler.


Accéder aux volumes de la collection Modernités

HISTORIQUE

Le Centre de recherches « Modernités » a été dirigé successivement par son fondateur Yves Vadé (1990-1998), par Dominique Rabaté (1998-2010), et par Eric Benoit (depuis 2010).
Originellement Equipe d'Acceuil, le Centre Modernités est constituant de l'Equipe TELEM depuis 1987. Les chercheurs de Modernités font partie de l'Equipe TELEM.
Les travaux du Centre sont publiés dans les volumes de la collection « Modernités » (Presses Universitaires de Bordeaux).

ACTUALITE

Séminaire Master

Séminaire 2018-2019

Effets de lecture – Pour une énergétique de la réception

Le Séminaire Modernités 2018-2019 s’inscrit dans l’actuel Programme quinquennal du Centre Modernités dans l’Équipe TELEM : « Esthétiques de l’énergie ».

Le Séminaire 2015-2016 et 2016-2017 avait abordé la question de l’énergie du côté de l’écriture et de la création. Le Séminaire actuel explore maintenant cette question de l’énergie du côté de la lecture et de la réception de la littérature des trois derniers siècles.

Nous nous pencherons particulièrement sur des œuvres littéraires qui thématisent ou théorisent ou impliquent une énergétique de la lecture. Quelles nouveautés la modernité littéraire a-t-elle apportées à la lecture et à la réception en termes d’énergie ? Qu’en est-il aujourd’hui ? Le tournant pragmatique qui s’est développé dans les études littéraires depuis les années 1980 (Deleuze, Ricoeur, Vincent Jouve, Yves Citton, Marielle Macé, Hélène Merlin-Kajman…) nous a rendus sensibles aux effets éthiques des textes dans la vie même des lecteurs. Notre réflexion intégrera aussi les effets historiques et politiques de la littérature des trois derniers siècles : comment la lecture peut-elle entraîner une mise en acte, une mise en action (une energeia). Nous nous interrogerons sur l’énergie psychique investie dans l’acte de lecture, sur le statut de l’émotion impliquée dans cette énergie, sur la part de la contrainte du texte et la part de la liberté du lecteur. Notre réflexion pourra s’aider d’une approche psychanalytique, mais aussi des apports des neurosciences. Nous nous demanderons en quoi l’énergie suscitée par les textes littéraires en leurs récepteurs diffère de celle que peuvent susciter des textes politiques, idéologiques, religieux. Nous essaierons de voir si les textes narratifs, les textes poétiques, et les textes théâtraux, produisent dans leur réception, en fonction de leurs spécificités formelles et stylistiques, des types différents d’énergie ; et nous pourrons envisager aussi les effets propres à la lecture à haute voix. Comme d’habitude, nous ne nous limiterons pas à la littérature française, mais nous pourrons aborder des textes de toute aire linguistique. Nous questionnerons d’ailleurs la pratique de la traduction pour voir comment elle est concernée par ces problématiques. Nous pourrons ouvrir l’exploration aux autres arts, à l’énergie produite par la réception de la musique, de la peinture, du cinéma…

 

 

Calendrier du Séminaire Modernités 2018-2019 (Equipe TELEM)

« Effets de lecture. Pour une énergétique de la réception »

Les vendredis de 13H30 à 15H30, salle I 103 (salle à confirmer)

 

- 16 novembre : Eric Benoit : Introduction. « L’énergie dans la conception de la lecture de quelques écrivains », début (Diderot, Schiller, Hugo).

- 23 novembre : Eric Benoit : « L’énergie dans la conception de la lecture de quelques écrivains », suite (Mallarmé, Nietzsche, Proust, Péguy, Sartre). « Sur le tournant pragmatique des théories de la lecture et de la réception » (début).

- 30 novembre : Eric Benoit :  « Sur le tournant pragmatique des théories de la lecture et de la réception ». (suite)

- 7 décembre (séance ajoutée) : Eric Benoit.  « Une problématique théologico-politique et littéraire ».

- 25 janvier : Jérôme Roger (UBM) : « Un anthropologue de la lecture contre “la ‘culture’ en pot” (Nicolas Bouvier) ».

- 26 janvier : David Yvon : « Poisons de la lecture. L'idée d'un livre immoral au siècle des Lumières ».

- 1er février : Eric Dazzan (Université de Bordeaux) : « Ce à quoi nous engage la lecture du poème ».

- 8 février : Vincent Jouve (Université de Reims) : « Statut et enjeux de l’émotion dans la lecture des fictions narratives ».

- 15 février : Brigitte Louichon (Université de Montpellier) : « Le Sujet lecteur : un concept énergisant en didactique de la littérature ».

- 8 mars : Céline Barral (UBM) : « Survie et puissance d'une œuvre de polémiste : Kraus, Canetti, Franzen ».

- 15 mars : Hélène Crombet (UBM) : « L’expérience d'oscillation identitaire dans la lecture ».

- 22 mars : Christelle Defaye (UBM) : « En lisant en écrivant : Julien Gracq ou l'érotique de la réception ».

- 5 avril : « Rencontre avec André Markowicz, traducteur » (Maison de la Recherche, Salle des Thèses).

- 12 avril, toute la journée, Colloque final : «  Energie de la lecture. Adresses, reprises, variations » (Maison de la Recherche, Salle des Thèses) : Saïda Arfaoui (U. de Carthage) : « Pascal Quignard : une expérience de la lecture ». Nicolas Le Flahec (UBM) ; « “et vous je voulais vous prendre par le cœur et l’esprit” (sur Jean-Patrick Manchette) ». Tanying Chou (UBM) : « Quand la lecture se transforme en force créatrice : (auto)traduction et réécriture chez Eileen Chang ». Valéry Hugotte (UBM) : « Du Lys dans la vallée à Baisers volés (de Balzac à Truffaut) : la leçon de tact d'une lectrice ». Gersende Plissoneau (ESPE de Bordeaux) : « De quelques variations contemporaines sur Madame Bovary : vers une conception énergétique de la lecture ? ». Christiane Connan-Pintado (ESPE de Bordeaux) : « Littérature de jeunesse et réception programmée : enjeux et paradoxes d’une littérature adressée ».

Cliquez sur ce lien pour télécahrger le programme